à la Une

Nouvelle alerte LINKY

Chers voisins,

Le déploiement des compteurs LINKY a connu depuis mi-décembre, à Bures sur Yvette et dans les communes voisines, une accalmie inexpliquée. A cette date, environ 1/3 des logements de Bures avaient été équipés de Linky.

Depuis environ mi-février, EDF « fournisseur » mais aussi Direct Energie et sans doute aussi les autres fournisseurs alternatifs ont relancé une campagne d’information annonçant la prochaine reprise des opérations de remplacement des compteurs électriques, en commençant par la fixation d’un rendez-vous par la société Phinelec ou OK Service.

Les nombreuses raisons de refuser le remplacement de son compteur électrique restent toujours valables. Pour mémoire, et ne retenant que les plus importantes :

  • la plupart des compteurs non Linky fonctionnent correctement et peuvent le faire encore pendant des dizaines d’années.
  • les compteurs actuels appartiennent à la commune et font partie du domaine public
  • le projet Linky va coûter entre 7 et 10 milliards d’euros sans apporter de bénéfice tangible pour les clients (épinglé récemment par la cour des comptes).
  • l’ensemble du dispositif Linky va apporter une augmentation des rayonnements électromagnétiques en extérieur mais aussi dans tous les logements équipés ou non de Linky
  • les rayonnements électromagnétiques sont classés comme potentiellement cancérigènes par l’OMS
  • de nombreux dysfonctionnements et pannes d’appareils électriques sont régulièrement signalés
  • des cas d’incendie graves se sont également produits (dernièrement à Bièvres 91)
  • le système de comptage de la consommation de Linky conduit souvent à des hausses de facturation de la consommation et dans certains cas de l’abonnement qu’il faut revoir à la hausse en raison de disjonctions fréquentes
  • les modalités d’utilisation des données personnelles collectées par ENEDIS ne sont pas rassurantes
  • ENEDIS et la plupart des assurances, dont la MACIF, ne couvrent pas l’indemnisation des dommages résultants de phénomènes électromagnétiques.

En France, plus de 500 maires ont eu le courage d’interdire ou de différer le déploiement de Linky ; comme vous le savez ce n’est hélas pas le cas de notre maire qui a proposé un engagement de soutien « en trompe l’oeil » à ceux qui refusent la pose d’un compteur Linky et le lui font savoir.

Il a également ignoré notre demande de relayer cette alerte dans les médias dont il use largement.

Selon nos estimations, car les chiffres sont « bien gardés », nous serions environ 400 à avoir refusé, ce qui rapporté au nombre de logements est supérieur à 10%, et ne devrait donc pas être négligé y  compris en termes purement électoraux. La dernière tendance nationale fait état de 20% de refus.

Pour notifier votre refus

  • Notifier en recommandé votre refus à ENEDIS, copie à Mr le Maire
  • Afficher la copie de refus au plus près de votre compteur
  • Photographier votre affichage
  • Informer vos voisins de votre refus
  • En cas d’accès possible en votre absence, bloquez solidement  l’accès à votre compteur en ménageant néanmoins la possibilité de lecture des index.
  • En cas d’appel d’une société de pose, indiquer votre refus déjà fait auprès d’ENEDIS et demandez à ne plus être appelé. Les transmissions d’informations ne fonctionnent pas au mieux à Enedis et entre Enedis et ses partenaires de pose.

Le processus détaillé et des modèles de courrier sont librement disponibles sur le blog du collectif de Bures sur Yvette, menu « Modèles de courrier et processus » :

https://collectifstoplinkyburessuryvette.wordpress.com/

Assistance téléphonique: 06 51 89 13 84

Pour ceux qui sont déjà équipés, merci de nous signaler toute nature de problème rencontré suite à la pose de Linky.

Si vous n’êtes pas convaincus d’un risque santé pour vous-même, n’oubliez pas que les enfants, les personnes âgées, les personnes électrosensibles et les personnes appareillées, sont biologiquement plus vulnérables aux agressions de type électromagnétique.

Autres moyens de vous informer:

Vidéo de communication disponible sur notre blog (article en date du 20/02/2018)

Sexy Linky de Nicolas Bérard (5 euros)

Publicités

Témoignage d’une galère liée à Linky

« Éducatrice spécialisée libérale auprès d’enfants atteints de troubles autistiques et/ou du comportement, Elsa Campet a installé son cabinet depuis un an et demi route de Neufchâtel.

Un ordinateur, deux luminaires et un convecteur composent les équipements électriques pour recevoir dans une atmosphère « obligatoirement détendue » ses petits patients.

Jusqu’en octobre, la météo clémente ne l’a pas obligée à mettre le chauffage. Le mercredi 31 octobre, frimas oblige, la spécialiste bascule l’interrupteur et clac ! Cela disjoncte. Le cabinet se retrouve dans le noir, car même les volets ne se lèvent pas et il fait un froid à briser des pierres.

« J’irai au tribunal s’il le faut »

« C’est à ce moment que je me suis aperçue qu’on a remplacé, sans avoir reçu de courrier, ni d’avis de passage, le compteur extérieur par le fameux Linky. Je contacte le fournisseur d’énergie Engie qui me dit d’appuyer deux fois en continu durant deux secondes. Et rien. Je n’ai plus d’électricité depuis huit jours. J’ai dû annuler dix-sept séances à 60 € au cabinet », ne décolère par Elsa Campet.

Entre appels à Enedis le distributeur, Engie le fournisseur et des interventions jamais effectuées, elle aura réenclenché son compteur « 52 fois ! C’est eux qui me l’ont dit, car ils le voient. Seulement, on me parle de manque de puissance, de triphasé au lieu de monophasé, d’intervention à distance et personne n’agit ! Et, je ne parle pas de ceux qui répondent au téléphone en me demandant de prendre mon mal en patience. C’est insupportable ! ».

Jeudi 8 novembre, nouveaux appels aux protagonistes et rebelote. « D’un côté, je dois payer, de l’autre cela se fait à distance ou encore on me propose un rendez-vous le 13 ou le 16 novembre pour solutionner le problème. Je demande simplement à avoir de l’électricité », crise l’éducatrice soutenue par les parents des enfants, et qui regrette le temps des interlocuteurs physiques remplacés par « ces plates-formes impersonnelles. On y est impuissant. Ils veulent même me faire payer des interventions express et un abonnement. C’est eux qui vont me payer mon chiffre d’affaires perdu. J’irai jusqu’au tribunal s’il le faut » prévient Elsa Campet

Elle parvient tout de même à sourire au message du répondeur du fournisseur : « Appel non facturé, c’est la moindre des choses », tant de fois entendu.

Au final, explique-t-elle : « Enedis m’a augmenté la puissance, ce qui me permet d’avoir de l’électricité. Je dois les rappeler si ça ne tient pas. Engie n’est pas du tout à l’origine de cette intervention. C’est la hiérarchie d’Enedis qui a pris la décision de faire l’intervention sans leur autorisation. Je poursuis Engie pour la perte financière liée à leur incompétence à gérer la situation. Le chemin va être long, mais pour le principe, j’irai jusqu’au bout ».

Malgré de multiples tentatives auprès du fournisseur, celui-ci n’a jamais donné suite à nos sollicitations »

Source : Normandie.fr

Appel à pétition contre ENEDIS

Madame, Monsieur,
Le drame que je m’apprête à vous raconter pourrait nous arriver à tous.
Ce drame, c’est celui de la famille Morel qui a vu une partie de sa maison partir en flammes, un mois après l’installation d’un compteur Linky.
Bien décidée à connaître la vérité sur la cause de l’incendie qui a ravagé leur domicile et qui aurait pu leur coûter la vie, la famille a donc engagé les procédures d’analyses nécessaires…
… mais très vite : « on a cherché à acheter notre silence » déclarent les Morel.
Ils ont été contactés par un expert d’Enedis qui leur a demandé de suspendre ces analyses, de signer une clause de confidentialité sur l’affaire, en leur affirmant qu’en contrepartie, Enedis allait indemniser l’intégralité du sinistre…
Voilà donc comment Enedis s’y prend pour étouffer sournoisement les incidents provoqués par leur compteur Linky… C’est scandaleux !!
Et malheureusement, ce drame est loin d’être un cas isolé…
Partout en France, les affaires d’incendies et de compteurs qui explosent se multiplient. Dans les Côtes-d’Armor, dans le Var, et tout récemment dans le Loiret…
Et pourtant, la cadence des installations ne faiblit pas : chaque jour, c’est plus de 30 000 compteurs qui sont installés de gré ou de force… Autant de potentielles familles en danger…
Pour mettre fin à ces pratiques scandaleuses qui peuvent avoir des conséquences terribles sur le quotidien des Français – et parfois mener à des catastrophes comme celle-ci – une pétition a été lancée sur la plateforme Citizaction qui a déjà été signée par 56 238 personnes.
Je vous laisse découvrir l’email d’Elisabeth, ci-dessous, qui vous explique les dangers du nouveau compteur Linky. N’hésitez pas, SVP, à transférer cet email à vos contacts pour les informer, et éviter que d’autres familles soient victimes du même sort.
Merci d’avance.
Marine de l’Equipe de Citizaction.
Référence
  • Le Parisien – Compteur Linky : ils veulent la vérité après l’incendie de leur maison
  • Actu.fr – Près de Saint Brieuc, leur compteur Linky a pris feu
  • Nice Matin – Un compteur Linky prend feu moins de six mois après son installation
  • Capital – Loiret : un compteur Linky de nouveau mis en cause dans un incendie
Il prétend vous faire faire des économies d’énergie et sauver la planète ; rien que ça ! Aucune preuve sérieuse à l’appui évidemment… En revanche, il émet des ondes « CPL » – considérées comme « potentiellement cancérigènes » – à partir de tout votre réseau électrique, du sol au plafond.
Si vous le refusez, on peut clairement vous laisser entendre que vous pourriez ne plus avoir de courant ou le payer bien plus cher ; de la menace à peine voilée…
Bienvenue dans le monde merveilleux de « Linky » ! Celui du compteur « intelligent » qui transmet, au jour le jour, à votre opérateur électrique tous les détails de votre consommation énergétique (appareils utilisés, conditions d’utilisation, fréquence, etc.) et qui, à terme, lui permettra d’en prendre le contrôle à distance.
Cette situation n’est pas acceptable. Voici trois (très) bonnes raisons d’exiger que soit reconnu, noir sur blanc, un droit personnel au refus de l’installation de Linky chez soi, et que des sanctions soient prévues pour décourager toutes pratiques abusives.
Avant de faire partie des prochaines victimes de ces installations imposées, signez la pétition !
1. Ils jouent aux apprentis sorciers et nous sommes leurs cobayes…
Il apparaît clairement que le déploiement en masse des compteurs Linky aurait mérité beaucoup plus de prudence. Les fréquences « CPL » émises sont classées « potentiellement cancérigènes » par le CIRC (Centre International de Recherche contre le Cancer). Certes, ces fréquences semblent faibles mais tout le réseau électrique devient transmetteur et, à terme, 35 millions de foyers doivent être équipés ; sans oublier les concentrateurs et les antennes relais. De plus, notre exposition sera continue et aucune étude sérieuse ne prévoit les conséquences sur le moyen et le long terme.
Dans un premier temps, les opérateurs électriques ont nié tout effet nocif pour la santé. Mais certains industriels n’en disaient-ils pas autant de l’amiante ? Et les laboratoires pharmaceutiques n’ont-ils pas défendu bec et ongles l’usage de médicaments comme le Benfluorex ou le Médiator, jusqu’au jour où ils ont dû les retirer d’urgence du marché ? Désormais, les pouvoirs publics reconnaissent qu’il faut faire la lumière sur cette question sanitaire. Mais, ne fallait-il pas le faire avant de lancer la déferlante ? Quel aveu de légèreté !
Des personnes en sont malades. Une femme qui était particulièrement souffrante a dû saisir la justice pour qu’un compteur installé chez elle contre son gré soit enlevé. Heureusement, le tribunal de Grenoble a répondu favorablement à sa demande. Mais n’est-il pas invraisemblable d’en arriver à une telle extrémité ?
Dans ce contexte, on pourrait espérer qu’ENEDIS lève le pied, qu’il attende les conclusions d’études réellement fiables et indépendantes et qu’il tienne compte de l’inquiétude légitime de plus en plus de Français… Mais, l’opérateur s’en moque. Au contraire, il accélère et mène au pas de charge l’installation des compteurs. Au début de l’année, il en installait 18 000 par jour. Or, désormais, c’est 35 000.
2. C’est de la vente forcée, qui ne dit pas son nom…
Officiellement, il n’y aurait pas d’obligation de s’équiper de cet appareil intrusif puisque nous sommes dans un « pays de droit ». Mais, dans les faits, c’est une toute autre musique…
Les directives européennes de 2006 et de 2009 ont programmé la pose de compteurs Linky dans 80 % des foyers d’ici à 2020. En clair, il n’y aurait aucune contrainte mais 80 % des foyers doivent être équipés à brève échéance…
Merci la subtilité ! Et les pouvoirs publics français ont fait du zèle puisqu’ils ont prévu, quant à eux, que tous les foyers le soient. L’opération est alors menée tambour battant par ENEDIS (ex-ERDF) chez des personnes qui, souvent, ne sont pas informées ou, pis, qui n’en voulaient pas.
Enfin, voici les armes bien rodées utilisées pour annihiler toute résistance à la planification :
Arme n° 1 : briser la résistance des communes
Car plus de 400 communes s’opposent au déploiement de Linky sur leur territoire… Ce n’est pas rien ! D’autant plus que les communes sont bien les propriétaires des réseaux de distribution de l’électricité. Mais sous la pression du ministère de l’Intérieur, les maires sont sommés de plier l’échine. Bref, les pouvoirs publics annihilent toute résistance collective pour pouvoir s’attaquer aux seuls citoyens pris isolément… Nos libertés locales sont broyées sous le rouleau compresseur de leur planification !
Arme n° 2 : laisser carte blanche au seul ENEDIS
Les pouvoirs publics ont laissé toute latitude à ENEDIS pour déployer Linky tout en lui garantissant le monopole du branchement et du raccordement électrique. C’est la porte ouverte aux abus. Ainsi, pour les logements neufs, par exemple, il n’y a plus de choix, ENEDIS ne fournit plus de compteurs traditionnels, seuls des compteurs Linky sont donc installés… À terme, c’est la garantie que tout le parc sera équipé bon gré mal gré avec son compteur intrusif.
L’information donnée lors des démarchages à domicile est souvent très partielle et inexacte. Par exemple, pour rassurer le client, le compteur Linky est présenté comme gratuit. Toutefois, l’opération globale coûtera 5 milliards d’euros (une paille !) qui seront évidemment amortis dans les facturations des abonnés.
3. Objectif : rationnement, pénalités et surfiscalité ?
Les compteurs « intelligents » ont pour but de transmettre le détail de nos consommations électriques à l’opérateur, des informations tout à fait privées. Cette pratique ouvre la porte à une évolution inquiétante que beaucoup ne soupçonnent pas à l’heure où, pourtant, les guerres pour contrôler les marchés et la course aux données font rage… Certains politiques et prospectivistes vantent même sans aucune pudeur l’intérêt de cette technologie qui pourrait permettre de rationaliser (autant dire rationner !) nos consommations par des systèmes de pénalités dissuasives et de surfiscalité et de les conditionner à grande échelle (sollicitations systématiques et ciblées pour acheter les derniers appareils ménagers, par exemple).
Si vous les laissez installer Linky chez vous, rien ne les empêchera de rationner votre consommation ou de vous surtaxer via ce compteur. Et rien ne les empêchera, demain, de faire la même chose avec toutes vos autres activités.
Pour toutes ces (très) bonnes raisons, je vous demande de signer comme moi la pétition pour une liberté de choix, pour la reconnaissance d’un droit personnel au refus de l’installation de Linky chez soi.
Ceux qui veulent imposer cette politique intrusive sont très puissants… Mais nous sommes beaucoup plus nombreux ! Nous pouvons êtres des millions à signer cette pétition et à rejoindre la résistance aux côtés de 400 communes de France et de dizaines d’associations. Il n’y a pas de fatalité, nous ne sommes ni pigeons, ni cobayes ! Signez la pétition et transmettez-là à tous vos amis, eux aussi sont concernés !
Merci !
Elisabeth

Linky et les risques sanitaires

Vous trouverez ici le document de 16 pages qui sera utilisé par le cabinet MySMARTCab dans son action en justice contre ENEDIS. Il synthétise l’essentiel des études et observations internationales en matière d’exposition aux champs magnétiques non ionisants et de faible intensité dont ceux de Linky font partie.

lexprecia-citoyens-c-enedis-sa-piece-43-1(1)

Du nouveau sur la question sanitaire

Les inscrits à l’action collective menée par le cabinet MySmartcab ont reçu l’information suivante très utile sur la manière dont la question sanitaire sera défendue dans cette action. Nous avons tenu à vous en faire bénéficier. C’est un document très dense de 1- pages. Il commence par le résumé d’un article scientifique publié en 2018 dans une revue internationale.

Résumé étude

Chère Madame, Cher Monsieur,

Dans le cadre des procès, d’une manière générale, nous transmettons à nos clients seulement nos écritures (assignations, puis conclusions en réponse le cas échéant) et non les pièces du dossier (preuves produites devant la juridiction). La substance des pièces est en effet reprise dans nos écritures.

Toutefois, il nous apparaît que votre connaissance de l’article scientifique « Effets sanitaires thermiques et non thermiques des rayonnements non ionisants de faible intensité : un état des lieux international » (par les Professeurs Belpomme, Hardell, Belyaev, Burgio et Carpenter), publié en novembre 2018 dans une revue internationale notoire à comité de lecture et communiqué en pièce 43.1 (traduction libre) et 43.2 (version originale), serait utile à votre défense.

Il s’agit en effet de la dernière expertise collective et internationale sur les effets des rayonnements électromagnétiques de faible intensité. Il nous a d’ailleurs semblé que la présente communication correspondrait au voeux des auteurs, lesquels concluent leur article ainsi :

« Il est également important que toutes les parties de la société,
en particulier la communauté médicale, le personnel éducatif et le grand public,
soient informés des risques liés à l’exposition aux champs électromagnétiques
et des mesures qui peuvent être facilement prises pour réduire l’exposition
et le risque de maladie associé.
 »

À la lecture de cette pièce, vous comprendrez à quel point les déclarations d’ENEDIS SA sont fallacieuses lorsqu’elle prétend dans le cadre du déploiement litigieux que « toutes les précautions sont prises » (Intervention du Président du Directoire d’ENEDIS SA sur RTL le 15 juin 2018). Pour mémoire, ENEDIS SA est en train d’ajouter avec « Linky » dans les foyers des français deux à trente-six nouvelles fréquences de manière chronique, ceci en l’absence de toute maîtrise de l’environnement électromagnétique et, au contraire, en présence de mesures faussées des niveaux d’exposition (voir notre assignation, Faits, partie VII).

L’article original est en anglais mais pour les besoins de la procédure nous en avons réalisé une traduction libre :

Nous vous en souhaitons bonne réception et restons à votre disposition pour ce qui sera utile à la défense de cette cause essentielle.

Vos bien dévoués,

Arnaud Durand et Christophe Lèguevaques

Assignation d’ENEDIS par le cabinet MySmartcab

 
En tant qu’inscrit à l’action collective du cabinet MySmartcab, j’ai reçu une copie du texte d »assignation d’ENEDIS par ce cabinet.
Vous la trouverez le contenu très fourni (81 pages)  en fichier joint et aussi sur le blog.
A noter que la première assignation se déroule aujourd’hui au tribunal de Privas;
 

assignation_generale_linky